Insidious

Réalisation : James Wan
Scénario : Leigh Whannell
Pays : États-Unis
Sortie : 2011

Quand j’ai vu le trailer, je m’attendais à un autre Haunting in Cunnecticut, ou dequoi demême. Tout le monde avait l’air ben primés pour le nouveau film de James Wan, dont le premier Saw était excellent, pis son autre film d’après, Dead Silence, un des pires navets jamais écrits, réalisés ou produits. Tout ça pour dire que chu allé voir Insidious sans excitation, à peu près juste pour pouvoir écrire une review.

Résumé

C’est l’histoire d’un jeune couple (Josh pis Renai) qui a trois enfants : un bébé, un plus vieux, pis un autre plus vieux, d’à peu près 10 ans, Dalton. Ben Dalton, y tombe dans un genre de coma que les médecins peuvent pas identifier, ni expliquer. Facque ses parents le ramènent chez eux pis l’installent dans une chambre, plogué sur un respirateur artificiel. Pendant que Josh est à la job (y est prof dans une école secondaire), Renai travaille sur sa musique – elle est pianiste. On comprend que Josh travaille beaucoup pour y permettre de se concentrer sur son art. Anyway, pendant que Josh est pas là, des affaires bizarres commencent à arriver, genre des voix dans les walkie-talkies de bébé, des boîtes qui changent de place, des portent qui ouvrent toutes seules pis des ombres pas cleans pantoute. Renai finit par contacter une médium, qui envoit ses deux employés en mission de reconnaissance, pis elle finit par les rejoindre, vu les preuves d’une vraie de vraie hantise. Après une scéance de spiritisme à la Rencontre paranormales (mais en moins bullshitteux), la médium livre son verdict : l’âme de Dalton est pognée dans le Très-Loin, endroit qui a pas besoin d’être définit plus que ça. Comme Josh est supposément lui aussi super doué pour le voyage astral, y doit sortir de son corps pour aller récupérer son fils avant que d’autres esprits s’incarnent dans son corps.

Critique

Pour être franc, en sortant du cinéma, j’arrivais pas à mettre en mots ce que j’avais pensé du film. Avec du recul, ça va mieux. Disons que le film a été reçu de deux façons par les fans d’horreur : y en a qui ont crié au génie, dans le sens de retour à l’horreur old-school pis aux sauts surprenants, alors que d’autres ont juste dit que c’était une grosse pile de clichés sales. Je me situe entre les deux.
Insidious, c’est loin d’être une grand film, très loin, même. Tous les dialogues sont poches, surtout le boutte où la médium explique ses affaires de Très Loin (quelle mauvaise traduction, sérieux) pis toute. Les scènes intimes qui sont supposées dépeindre la vie familiale sont ratées, Wan a aucun talent pour ça. Les personnages sont pas très développés, ni très attachants. Je m’en crissait un peu, à la fin, qu’y le ramène, son fils. Pis le 20 minutes que Josh passe dans le Très Loin, franchement, c’est pas fort : une maison sombre avec un peu de boucane, that’s it, on est dans les limbes. Donc, chef-d’œuvre, non.
Mais c’est efficace. Ça fait du bien de voir un film d’horreur qui fait peur pour vrai – ces temps-ci, y sont juyste dégueulasses, les films d’horreur. À un moment donné, ma blonde s’est revirée vers moi pour me dire « Crisse qu’y fait peur c’te monstre-là ! », pis elle avait raison. L’espèce de goblin rouge est quand même épeurant, quoiqu’à la limite du ridicule. Faut voir ça comme un cauchemar d’enfant, sinon on y croit pas ben ben. Si Wan était poche pour faire les scènes de famille, y excelle dans les scènes d’horreur. Même si c’est des clichés, ces clichés-là sont ben utilisés, pas comme dans d’autres films. Y a pas juste des clichés : trouvez-moi un autre film où une médium fait une scéance de spiritisme avec un masque à gaz sur la tête ? Sérieux, c’est la meilleure scène du film. Wan, y sait comment faire peur.
Mais y sait aussi doser : les deux acolytes de la médium sont des genres de geeks comiques, mais leurs jokes détonnent jamais vraiment avec l’ambiance. Ça prend un comic relief, quand même, sinon y aurait des crises cardiaques dans la salle.
Mais ce que j’ai aimé le plus, c’est la scène avec l’alarme. C’est crissement déstabilisant pis épeurant. Pendant ce temps-là, on sait que Josh entend rien, pis qu’y a probablement quelqu’un dans la maison. En plus, ça décrisse les tympans. Ça nous met sur les nerfs en tabarnaque, pis ça marche.

Verdict

Recommandé. Insidious a beaucoup de défauts, mais aussi des qualités. Ça fait peur, même si c’est basé sur des clichés, pis on voit que c’est fait sans prétention, uniquement pour faire un film épeurant, ce qui est louable, en soi. Chu content de l’avoir vu, mettons.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :