Réveil I

Caresses d’ombre, doigts satinés baisant mes rêves estompés. Une brume me dorlotte, me tire doucement hors du sommeil. Je glisse lentement, porté par des mains que je connais, chaudes, molles, ses mains à Elle. Mes yeux gisent égarés dans la nuit, mes lèvres tanguent vers les siennes. Son corps à côté, comme flottant entre les draps, noyé. J’embrasse sa nuque, sa crinière de jaie, lui rend de mes lèvres la douceur de ses paumes. Sa taille nue brille dans l’œil d’un rayon de lune. Immobile, insensible, Elle dort.
Elle dort.
Une troisième main remonte ma cuisse, une autre serre mon poignet, d’autres mes chevilles, des doigts s’engouffrent dans ma bouche, ma gorge, mes tripes. Mon cœur explose chaque pulsation. Mon corps hurle en tressaillements, mes muscles bandés étouffent, pétrifiés. L’étreinte se serre, retient mon cri, des ongles labourent ma peau, fouillent mes chairs. Se débattant sous l’obscurité, mes yeux ouverts sont aveugles. Recouverts de paupières qui ne sont pas les miennes.
Et Elle, immobile, insensible, Elle dort.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :