Réveil III

Les ressorts de mes paupières lâchèrent; quelque part au fond de ma poitrine, les engrenages s’emballèrent. Transposé dans mon lit par une voix qui m’appelait.
Là-bas, Elle chuchotait mon nom. Son souffle se brisait en deux, une syllabe tombait trop tôt et rampait jusqu’à moi. Elle tremblait dans ma direction, petit fœtus torturé sous la fenêtre qui suintait une clameur étouffée.
– Qu’est-ce qu’y a?
– Tchèque!
Elle n’avait pas parlée, le mot fût soufflé, frissonné. Déjà dilué dans la nuit.
Je plongeai tranquillement ma tête dans la fraîcheur de novembre. Les cris se firent plus clairs, plus crus. Dehors, la lueur des lampadaires abdiquait à quelques mètres de leurs corps maigres.
Quatre étages plus bas, sous notre fenêtre, une masse informe gémissait et se débattait dans l’ombre. Des grognements, aussi. Sur le pavé, une silhouette boitait dans la direction opposée. Vers une femme. Elle lui dit quelque chose. L’homme l’empoigna. Elle cria. Les corps heurtèrent l’asphalte. La voix de la femme se noya en bouillonnements horribles. Dans le halo de l’œil lumineux, l’écarlate perça la nuit.
Haut dans le ciel, une sirène résonna.
Deux autres ombres titubèrent jusqu’à la femme, la recouvrirent le corps. Leurs dos s’agitaient frénétiquement.
Le silence planait, esseulé.
Sous la fenêtre, un homme se relevait difficilement. Il tangua vers l’attroupement, laissant derrière lui une trace souillée. Il s’accroupi sur le cadavre lui-aussi.
Entre les immeubles, des formes, des dizaines de formes chancelaient par ici.
– Ferme la lumière.
Brisant la lenteur de la scène, un homme déboucha dans la rue en courant. Il tourna le coin, hésita en voyant les silhouettes, regarda derrière lui, et sprinta vers elles. Par ici. Elles convergèrent en sa direction, se rapprochaient peu à peu. Toujours, ces mornes plaintes. L’homme s’arrêta devant notre porte et fouilla furieusement dans ses poches.
Dans la cage d‘escalier, tout en bas, un déclic.
La foule l’atteignit. Il cria. Des doigts, des mains, des mâchoires l’agrippèrent, l’attirèrent. Son corps se rompit en un craquement sec.
Un frisson brula mes entrailles. Je la regardai.
Dans l’escalier, des pas résonnaient, lentement.
Lentement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :