Shutter

mars 1, 2011

Réalisation : Banjong Pisanthanakun pi Parkpoom Wongpoom
Scénario : Banjong Pisanthanakun, Parkpoom Wongpoom pi Sopon Sukdapisit
Pays : Thaïlande
Sortie : 2004

Je dois avouer que j’ai été surpris de voir que la Thaïlande, pays où un film de propagande pour le roi précède chaque visionnement, a produit un film qui a une bonne réputation dans le cinéma d’horreur mondial. Disons que les thaïs sont plus réputés pour leurs massages que pour leur industrie culturelle. Mais bon.

Résumé

Facque c’est l’histoire de Jun pi Jane, un jeune couple d’étudiants qui habitent à Bangkok, qui frappent une femme en revenant d’un party. Y chokent pi y décident de se pousser. Sauf que, sur les photos de graduation prises par Jun, y a des affaires bizarres qui ressemblent à des faces qui fixent Jane. Y commencent aussi à faire des rêves bizarres. Les amis de Jun commencent à mourir un après l’autre, tous des suicides. Y pensent que c’est la fille qu’y ont frappé qui se venge mais y finissent par découvrir qu’aucun accident a déclaré cette nuit-là. C’est là que Jun avoue à Jane qu’y pense que la fille, c’est son ex, Natre. Elle se faisait écoeurer à l’école – par les amis de Jun, entre autres – pi Jun est devenu son ami par pitié. Elle l’aimait crissement gros pi y lui a brisé le cœur. Ensuite, ses amis sont allé faire dequoi de pas nice qui a forcé Natre à quitter Bangkok. Facque Jun pi Jane vont voir la mère de Natre, qui leur apprend qu’elle s’est suicidée. Le gars feel cheap en crisse. Y pensent régler le problème en donnant des funérailles qui ont de l’allure à Natre, dont le corps était gardé secrètement dans sa chmabre par sa mère. Sauf que ça marche pas vraiment.

Critique

Je sais pas trop c’est quoi le buzz autour de ce film-là, pour être franc. À mon sens, c’est juste une autre histoire de fantôme asiatique qui a rien de ben spécial. À regarder les reviews sur IMDB, on s’attend à un chef-d’œuvre, mais non.
Les sauts font pas faire de saut tellement c’est cliché pi que la trame sonore annonce que quelque chose s’en vient. Des affaires bizarres dans une photo, une ptite fille aux cheveux noirs qui sort d’un lavabo, toute ça, ça sent le réchauffé. Comme dans Ringu, les personnages enquêtent sur les causes des apparitions, pour se rendre compte que finalement, y a un lien de cause à effet entre la mort de Natre pi les affaires bizarres. C’est trop simple, comme conclusion : elle est morte pi elle a souffert à cause d’eux, donc elle revient pour les tuer. Autre affaire : finalement, on se rend compte que Jun a participé au viol de Natre avec ses amis. Come on. C’est vraiment pas crédible.
Les acteurs sont pas bons mais pas mauvais, comme les dialogues pi tout le reste. Certains plans sont assez beaux, comme ceux dans les salles de cours de l’université ou les gros plans sur, par exemple, la poignée de porte qui shake. Mais le flashback narré par Jun est vraiment sec. Les scènes d’amour avec Natre sont tellement clichées, c’est terrible. Sauf que la fin est agréablement pessimiste.

Analyse

À première vue, c’est une histoire à propos du remord. On a juste à penser à la fin quand Jun se rend compte qu’y porte le corps de Natre sur son dos pi que c’est pour ça qu’y a mal au cou. C’est assez clair, pi pas très subtil : « Si vous faites dequoi de pas fin, ça va vous suivre toute votre vie ». Thanks pour la morale, Shutter.
Si on se creuse un peu la tête, on peut sûrement trouver quelque chose à dire à propos de la représentation, à cause de l’histoire de photographie pi toute. À un moment donné, un prof de photo explique qu’une photo montre pas la réalité, mais qu’elle la transforme, que ce soit par le cadrage, l’éclairage, etc. Donc, l’œil du photographe y est pour beaucoup. Le fait que Jun voit Natre dans ses photos exprime ses remords, mais ça finit là.
L’autre piste, c’est les mantes religieuses. Jun écoute distraitement un documentaire qui explique que la femelle mange la tête du mâle pendant l’accouplement. Ces affaires-là, c’est jamais innocent, pi ça veut toujours dire dequoi. Plus tard, on voit une mante religieuse sur le bord de la route. Ça renvoit probablement à Natre qui finit par tuer Jun, son ex-amant. Mais ça non plus ça veut pas dire grand-chose.
Si quelqu’un a réussi à voir dequoi de significatif dans Shutter, shootez, chu curieux.

Verdict

Pas recommandé. C’est exactement ce à quoi on s’attend d’un film d’horreur asiatique du début 2000. Pas original, sans être complètement à chier non plus. Mais ça vaut pas la peine.

2 Réponses to “Shutter”

  1. Cortisone Says:

    Et bien non je m’étais pas trompé, il y a un vrai talent ici !
    Je suis fan des films d’horreur, on leur demande pas d’être parfait, juste de nous faire trembler de frousse à ne pas descendre l’escalier pour aller pisser.
    Superbe article, je sais je me répète mais quand c’est bon, c’est bon !
    bien à toi
    Cortisone


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :