Brins d’éternité #28

février 12, 2011

Éditeurs : Ariane Gélinas, Carmélie Jacob pi Guillaume Voisine
Hiver 2011
108 pages

Comme le no.27, pi probablement tous les numéros déjà parus pi à paraître, la couverture est pas belle. Les illustrations à l’intérieur non plus, d’ailleurs. Mais bon. J’ai été triste de constater que y a beaucoup de SF dans ce numéro-là, pi pas beaucoup de fantastique. En fait, y a trois nouvelles fantastique. Le reste, les textes pi les articles, parlent tous de SF. Je vais me concentrer sur le fantastique.

L’âme sœur, par Martin Lessard

C’est l’histoire d’un humoriste pas connu de Québec qui apprend que son frère, avec qui y a pas parlé depuis quelques années, est mêlé à une affaire de meurtre dans un musée. La conservatrice du musée vient le voir pour y demander où y est, son frère, pi pour y parler d’une statuette qui « ensorcelle les hommes et décuple leur violence, leur sadisme. » Elle-même fait partie d’une fraternité qui veut protéger les hommes de cette statue-là. Le narrateur finit par trouver la statuette dans l’appart d’une fille avec qui son frère a couché, pi tuée aussi, d’ailleurs. Sauf que, quand y rentre chez eux, y trouve sa blonde pi la conservatrice du musée, qui sont pas si fines que ça.
Le début de la nouvelle m’a pas déplu. J’aimais le ton cynique du narrateur :

« C’était une petite scène d’humoristes pareille à des dizaines d’autres à travers la province […]. Je me contentais d’appliquer la « méthode ». […] Chaque semaine, vous lisez La Presse puis vous y apprenez par cœur quelques bons mots inspirés de Foglia et autres trucs bourgeois. […] Si le public est universitaire, vous avez même quelques boutades sur l’environnement. Le banal répertoire à tendance progressiste : juste ce qu’il faut d’engagé ! »

Sauf qu’après, ça se gâte. On se rend compte asser vite qu’on est dans un récit lovecraftien, avec une statuette puissante pi extraterrestre qui fait des affaires pas nices. L’auteur revoit toute l’histoire du XXe siècle en introduisant la statuette dans tous les conflits des 100 dernières années.
Le récit est entrecoupé de séquences en italiques qui racontent genre l’arrivée sur terre de la statuette, mais c’est crissement maladroit : « L’entité demeurait aux aguets. Certains petits mammifères démontraient une faculté à saisir des concepts simples, mais encore rien qui aurait suffit à supporter son pouvoir. Le temps n’avait aucune importance, elle ne désirait pas faire la même erreur. » Y faut jamais utiliser le mot Entité. Jamais.

Pi le dénouement est pas surprenant pi niaiseux : la grosse conspiration des méchantes féministes ou ché pas trop. Ça commence à me taper sur les nerfs, l’espèce de figure de l’homme tyranisé par sa blonde, comme si les gars avaient peur de l’émancipation de la femme des dernières décennies. C’est là dans L’âme sœur, c’est dans Les Invincibles, c’est dans Hangover. Pi là, c’est une confrérie de femmes qui veulent contrôler le monde. Come on.

Seidhr, par Marie-Claude Bourjon

C’est l’histoire d’une fille, Maya, qui se transforme en panthère, en loup-garou, ou dequoi demême. À la fin, elle découvre qu’elle a tué son amie.

C’est un récit fantastique classique : on a pas de preuves évidentes de la transformation, sauf à la fin, quand on apprend que la fille est morte d’une morsure au cou. Maya se rappelle pas d’avoir fait ça mais elle sait que c’est elle. Rien de ben nouveau.
C’est pas mal écrit : « Un parfum de lys l’enivre tandis qu’elle glisse une robe légère sur sa peau pâlie par la longue saison. Elle retient le rêve de la nuit avant qu’il s’échappe dans la fièvre du jour. » Mais c’est aussi un peu maladroit, surtout les bouts où Maya est transformée pi qu’elle chasse.
La chasse sauvage comme métaphore du lesbianisme ? Peut-être, compte tenu du fait que Maya a tué son amie pendant l’amour. Dans ce cas-là, sa transformation serait la manifestation physique de pulsions qu’elle refoule. D’où le feeling de liberté. Mais le désir refoulé est ressortit trop fort, causant le mort de son amie. On peut dire ça.
C’est pas mal toute.

Mécanique de ta disparition, par Thomas Geha

C’est l’histoire d’un gars qui nous raconte que sa blonde a disparue dans une rue bizarre pas loin de chez eux. Y la cherche pi s’ennuie d’elle. Y rencontre une fille qui a vu sa blonde disparaitre, aspirée dans un brouillard de démons pi d’animaux difformes. Des années plus tard, devenu un riche homme d’affaires, le gars achtète la rue au complet pour la rénover, en espérant retrouver sa blonde comme ça. En gros, c’est ça.

J’ai eu certains problèmes avec l’écriture. Juste les premières phrases : « Rennes est une belle ville. Une belle ville, oui, mais uniquement lorsqu’elle n’enlève pas les personnes que vous aimez. » Ou ben : « Tu es quelqu’un de toujours ponctuel. » Bref, de fois les phrases sont un peu maladroites.
Ensuite, la narration au Tu, ché pas pourquoi, mais j’ai pas aimé ça. Ça faisait trop romantique, genre complainte à une dame imaginaire, ou dequoi demême. Pi disparaitre dans un brouillard de bibittes bizarres, ça fait penser à La nuit des mutants. Y me semble que ça fitte pas avec le texte. Anyway.

La seule chose que je trouve là-dedans, c’est un gars qui vit une séparation amoureuse pi qui passe par-dessus. Au début y repasse toujours dans la ruelle, ensuite y passe à autre chose, pi enfin y revient dans la rue pi y la retape. Y a fait son deuil.

Verdict : Pas un grand numéro.

9 Réponses to “Brins d’éternité #28”

  1. Guillaume Voisine Says:

    Pour la couverture : Nous sommes prêts à accepter la critique pour ce que nous avons fait, mais il est vraiment insultant de se faire dénigrer sur ce que nous n’avons *pas encore produit*.

    Cela dit, je crois que le style visuel choisi pour Brins d’éternité (qui, je vous l’accorde, n’est pas parfait) n’entre tout simplement pas dans le style que vous semblez rechercher. Si vous voulez du gore, du sang et des tripes, vous n’en trouverez pas sur les couvertures de la revue. Pas parce qu’on n’aime pas ça, mais simplement parce que ça ne cadre pas avec la ligne éditoriale du projet.

    Faut juger les choses pour ce quelles sont, quand même.


    • Je comprend pas trop pourquoi si j’aime pas la couverture, ça veut nécessairement dire que je voudrais du gore dessus. Loin de là. J’aime juste pas le style d’oeuvre qui est dessus.
      Cela dit, c’est une critique personnelle qui exprime mon opinion, sans plus.

      • Guillaume Voisine Says:

        J’avais mal décodé vos propos quant à l’attente que vous avez en matière d’illustrations, alors (je me basais sur le manque d’intérêt que vous démontrez par rapport à certains genres — ce qui est tout à fait correct, quoi que dommage; on ne peut pas tout aimer).

        Je trouve la plupart de vos critiques articulées et bien construites, même si je suis fréquemment en désaccord avec vous. Comme vous le dites, c’est une question d’opinion personnelle, et ça va.

        N’empêche, il y a manière de formuler son opinion pour la changer en insulte. Vous trouvez que l’illustration de Martin Pelletier est digne d’un piètre travail scolaire? Parfait, c’est votre opinion, et nous ne la partageons évidemment pas. Mais dire que toutes les illustrations parues et à paraître dans Brins d’éternité sont et seront toujours affreuses, ça, mon ami, c’est d’un autre niveau, et c’est pour cette raison que je me permets de réagir. Parce que ce que vous visez à ce moment, ce n’est pas un oeuvre, mais directement les personnes qui sont derrière.

        Voilà.

        Sinon, mis à part ce point, je tiens à vous remercier de prendre le temps d’exprimer vos impressions sur la revue, même si elles sont négatives, dans la mesure où c’est constructif et/ou argumenté, comme vous l’avez fait avec les fictions de ce numéro.


      • J’en suis conscient; j’ai d’ailleurs modifié ma réponse à ton premier commentaire.
        Pour les illustrations, dans celles que j’ai vues, y en a aucune qui me plait. Question de goût, sans plus. Mais j’en reparlerai pu, à l’avenir.

  2. Nicky Bromow Says:

    un nuage de bibites, ça me fait plutot penser à The Mist de Stephen King…

  3. tomgeha Says:

    euh… j’ai rien de spécial à dire sur votre appréciation de ma nouvelle, par contre je trouve ça dommage de balancer la dernière phrase du texte…snif.

    pi ben à bientôt donc !

  4. Biron Says:

    Bien puisque vous admettez avoir fait une erreur en citant la dernière phrase du texte de Thomas Geha, vous pouvez modifier votre billet et la faire disparaître, non ? C’est faisable ?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :