A tale of two sisters

octobre 11, 2010

Réalisation : Ji-woon Kim
Scénario : Ji-woon Kim, basé sur une légende coréenne
Pays : Corée
Sortie : 2004

D’après Internet, c’est le meilleur film d’horreur coréen. Facque je l’ai commandé sur Ebay. En plus, ça faisait longtemps, y me semble, que j’avais pas regardé un film d’horreur pas américain. Ça m’a faite du bien. Trailer :

C’est l’histoire de deux ptites filles pi leur papa qui reviennent dans une grande maison de campagne après un séjour un peu louche pi nébuleux à l’hôpital. Y a aussi une méchante madame, qui finalement est la nouvelle belle-mère pas fine. Mais elle pi les filles commencent à avoir des expériences bizarres dans maison, surtout la nuit – évidemment – des portes qui ouvrent toutes seules pi des bruits fucked up, entre autres. Là la belle-mère à pète sa coche pi a décide de maltraiter une des deux sœurs, parce qu’a pense que c’est leur faute ce qui se passe. J’arrête icitte, même si on est juste rendu à moitié du film; je gâcherais toute si j’en disais plus.

La première heure du film est excellente. La tension monte peu à peu, lentement mais sûrement. Tous les plans sont vraiment beaux, le cadrage est bon pi la photo est excellente. Surtout dans maison : toujours des jeux de lumières pi des contrastes de couleur (surtout rouge pi bleu). Ça pi la bizzarerie des relations entre les personnages, ça donne crissement une atmosphère étrange au film. La belle-mère fait choker un peu, pi les flashs d’apparition la nuit sont pas cools non plus. Ça fait quand même peur, aussi. Sans faire des sauts, on est stressé parce qu’on anticipe un saut. Un bon stress de film d’horreur réussi.
Les répliques sont bonnes, pas niaiseuses ni trop révélatrices. On nous prend pas pour des épais, pi c’est le fun. Les acteurs jouent assez bien aussi, sans être exceptionnels.
Mais vers la moitié, y a un punch, pi à partir de là, ça devient fucké en hostie. La trame narrative se fragmente pi on sait pu trop ce qui se passe pi quand ça se passe, ni à qui ça arrive pi blabla. Là tout d’un coup on pense comprendre quèque chose pi y a un autre punch qui arrive au trois quarts du film. Encore une fois on est pas trop sûr, jusqu’à comme 5 minutes avant la fin.
J’ai été déçu par la fin. On dirait que le réalisateur a décidé de morceller sa trame narrative pour la fin pi rende ça compliqué juste pour cacher la simplicité un peu niaiseuse de la finale. On se dit Ah ben ok a l’a faite ça pour ça, je comprend. Mais y manque dequoi pour que ça soit crédible. Le film se donne l’impression d’être intelligent alors qu’y l’est vraiment pas tant que ça.

Verdict : sans être le meilleur film d’horreur coréen, A tale of two sisters est un bon film, avec des qualités (surtout esthétiques) indéniables. Je le recommande tout en spécifiant que je trouve qu’y a été surestimé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :